Les Canadiens sont les 1ers acheteurs de maisons aux États-Unis

Immobilier Miami BeachPour une quatrième année consécutive, les Canadiens demeurent, et de loin, les acheteurs étrangers de maisons les plus actifs aux États-Unis, pour un total de transactions atteignant environ 9,4G$ US au cours de la dernière année.

Selon une étude de la National Association of Realtors, l’agence nationale des courtiers immobiliers américains, les Canadiens ont représenté 23% de tous les achats de maisons faites par des étrangers aux États-Unis, pour la période de 12 mois terminée le 31 mars dernier. Ils ont été suivis par les Chinois, mais de loin, à hauteur de seulement 9%.

Les acheteurs provenant du Mexique, du Royaume-Uni et de l’Inde ont représenté chacun 7% des acheteurs, alors que les acquéreurs originaires de l’Argentine et du Brésil ont compté ensemble pour 5%.

Ensemble, les acquéreurs provenant des cinq pays les plus actifs sont à l’origine de 53% des transactions internationales, évaluées à 41G$ US, soit un montant similaire à l’année précédente.

Les acquéreurs, qui sont issus de 70 pays, ont choisi principalement comme lieu de résidence les états de la Floride (31%), de la Californie (12%), du Texas (9%) et de l’Arizona (6%). À eux seuls, ces états comptent pour 58% des transactions.

Plusieurs raisons expliquent l’intérêt des acheteurs étrangers envers l’immobilier américain. Selon l’association, les maisons aux États-Unis sont généralement moins chères que dans d’autres pays, et elles sont considérés comme un investissement sécuritaire. De plus, le marché américain offre des possibilités de location et un potentiel d’appréciation de la valeur à long terme.

Parmi les autres critères, la proximité du pays d’origine, les accommodements pour le transport aérien, le climat et la localisation sont aussi cités par les acheteurs. On ne se surprend pas d’apprendre que la Floride constitue une région de choix pour les Canadiens, alors que les Asiatiques sont plus friands de la côte Ouest.

Le prix moyen payé par un acquéreur étranger s’est élevé à 315 000$ US, en comparaison à la moyenne nationale de 218 000$ US. Les prix médians comparables se chiffraient respectivement à 200 000$ US et 170 000$ US. Un peu moins de la moitié des transactions internationales, soit 45%, se sont conclues sous les 200 000$ US.

La maison unifamiliale détachée est très courue, alors qu’elle a représenté 61% des achats. Les condos ou appartements ont compté pour 26% des transactions, alors que les maisons de ville ont été choisis par 10% des nouveaux propriétaires. Trois pour-cent des acquisitions se rapportaient à des propriétés commerciales.

Un très fort pourcentage d’acquéreurs, soit 62%, ont payé leur transaction au comptant, en raison des difficultés inhérentes au financement hypothécaire aux États-Unis.

Selon l’association, presque que 39% des agents immobiliers ont rapporté que la valeur du dollar américain a un impact «très significatif» sur les ventes internationales. Le recul du dollar américain sur le marché des changes avantage les acquéreurs, sans compter la chute importante du marché immobilier.

Source : www.canoe.ca

Leave a Reply




XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>